Humanisme numérique - communications-intervenants

Nouveaux modèles. L’autonomisation numérique des communautés indigènes. Le cas d’Igloolik isuma productions

Partagez !

Le manque d’accès aux TICs condamne l´ensemble des communautés indigènes à un isolement paradoxal dans la nouvelle société internationale, une société dont les besoins locaux ont, au moins partiellement, une cause et une réponse globale. Le caractère endogamique des médias utilisés par la grande majorité, comme c’est le cas des radios communautaires, rend difficile la construction des réseaux de connaissance qui enrichissent les cultures locales avec des éléments provenant de l’extérieur, c’est-à-dire du Nord ou des réseaux de connaissance et coopération Sud-Sud. Pour cette raison, l’étude des usages distincts que font ces minorités des nouvelles technologies devient urgent. Dans cette conférence, nous présentons l’exemple de la maison de production audiovisuelle inuit Igloolik Isuma Productions. Nous cherchons à décrire la stratégie suivie par cette maison de production audiovisuelle privée et indépendante pour devenir, depuis 1990, une force transformatrice économique, sociale et politique dans sa communauté. Il s’agit de voir comment elle a contribué à la préservation et à la diffusion de la culture et du langage inuit, tout en lui donnant une projection internationale, impliquant et invoquant la société globale, et en interagissant avec elle. Nous nous attacherons à l’usage que fait cette maison de production, depuis janvier 2008, de son support online Isuma TV. Cette plateforme multimédia porte et diffuse la voix d’une population géographiquement isolée telle que les inuits, tout en mettant en contact et en offrant des services et du contenu à des producteurs indigènes du monde entier. En résumé, Igloolik Isuma nous semble être un modèle de “empowerment” numérique et d’appropriation des nouvelles technologies par une communauté indigène. C’est un exemple d’usage soutenable des NTIC par une population qui défend le droit à une vision du monde qui lui est propre, et à un usage des technologies de l’information par et pour la communauté. En somme, il s’agit ici d’une base d’étude dont il est possible de s’inspirer pour la création d’un nouveau cadre de réflexion sur un usage différent des NTIC, c’est-à-dire éthique, soutenable et en faveur du bien commun.