© Pinterest

Attaque de Londres : Politiciens vs. Internet

Partagez !

Dans son discours du dimanche 04 juin 2017, après l’attentat de Londres, la Première Ministre Theresa May a accusé le réseau Internet de fournir un espace sécurisé pour la propagation des idéologies extrémistes. « Il ne devrait y avoir aucune place pour les messages qui ne peuvent pas être lus pour les autorités », dit-elle, pendant que la Ministre de l’Intérieur Amber Rudd affirme qu’elle veut des entreprises qui limitent l’usage du cryptage « end-to-end ». Mais les experts en cyber-sécurité sont particulièrement critiques face à la notion de décryptage des messages, car celui-ci laisse une « back door » dans leurs systèmes pour que les autorités lisent les messages de ses usagers. Désactiver le cryptage dans les applications plus populaires, n’est pas une garantie de sécurité car les criminels peuvent créer leurs propres applications, tandis que les citoyens seront exposés aux attaques des criminels, voyeurs et espions, signale Colin Doctorow, journaliste et activiste des droits numériques. Les représentants de YouTube ont mentionné que les messages extrémistes représentaient une petite proportion des dix millions de vidéos effacées chaque année. Facebook et Google, l’un comme l’autre ont affirmé qu’il n’y a pas lieu dans leurs sites Web pour le contenu terroriste.

ROCIO DURAN

BBC, le 05 juin 2017 (Article en anglais) »