© Youtube

L’Intelligence Artificielle : Le modérateur incapable de distinguer la propagande terroriste de la condamnation de celle-ci

Partagez !

Donald Tusk le président du Conseil Européen a mis la pression sur les entreprises de médias sociaux, en demandant l’élaboration des nouveaux outils qui détecteront et supprimeront les contenus terroristes, sous menace d’adopter des sanctions en conséquence. Cette annonce a eu lieu lors de la réunion du Conseil Européen le jeudi 22 juin. YouTube et Facebook ont commencé à exécuter leurs politiques de modération des contenus avec des résultats assez polémiques. Suite à l’implémentation par YouTube de « Machine Learning » (apprentissage machine) une intelligence artificielle créée par Google, plusieurs vidéos qui dénonçaient les crimes de guerre commis en Syrie ont été supprimées. L’intelligence artificielle est incapable de distinguer les vidéos de propagande terroriste de ceux qui la condamnent. Eliot Higgins chercheur et spécialiste de la question syrienne, fondateur de Bellingcat, le média d’investigation du site Orient News, a fait savoir que son compte personnel a lui aussi été supprimé et qu’il n’a reçu aucun avertissement. D’après lui, le plus grave, est que certains comptes supprimés appartenaient aux personnes décédées. Leurs vidéos documentent les crimes de guerre au Moyen-Orient. « Ironiquement en supprimant les chaînes d’opposition vieilles de plusieurs années, YouTube cause plus de tort à l’histoire syrienne que ce que l’état islamique avait pu espérer ». Selon un porte-parole de Youtube ces innovations technologiques sont en cours d’amélioration, et lorsqu’ils sont notifiés d’avoir supprimé une vidéo ou une chaîne par erreur, YouTube agit rapidement pour la réintégrer. D’autre part, Facebook s’appuie sur l’intelligence artificielle pour détecter les contenus inappropriés ; cette intelligence artificiel, selon le post de Facebook publié en juin, sera capable d’enseigner elle-même de façon progressive, les phrases clés qui ont été préalablement publiées, associées aux groupes extrémistes. Néanmoins pour le moment l’intelligence artificielle est capable que repérer les insignes et les drapeaux terroristes, mais elle est incapable d’interpréter l’intention d’une affiche. C’est pour cela que Mark Zuckerberg compte sur une équipe de 150 personnes chargées de faire la surveillance des opérations car l’accompagnement humain est encore nécessaire pour le bon fonctionnement de l’IA .

LE FIGARO, NEW YORK TIMES, RFI, le mardi 15 août 2017 »