© Fotolia
© Fotolia

Partagez !

Le 28 octobre 2016, dans le cadre du colloque international "Humanisme numérique : valeurs et modèles pour demain ?", une table ronde a été dédiée aux questions juridiques.

 

«Numérique et droits de l’homme: vers la consécration de nouvelles normativités»

Célia ZOLYNSKI (France)
Professeure des universités en droit, université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines. Membre du Conseil National du Numérique.
«Une ‘éthique numérique’: panacée ou ‘morale mutante’ d’une nouvelle humanité ?»

Jamal Eddine NAJI (Maroc)
Professeur, Directeur général de la communication audiovisuelle. Haute Instance de Dialogue National sur la Réforme de la Justice. Conseil Mondial de la Radio et de la Télévision. Chercheur, Chaire ORBICOM.
«Protection des données personnelles en ligne en Chine»

Jiayou SHI (Chine)
Professeur des universités en droit, Université du Peuple de Chine (Renmin), Pékin.
«Le modèle européen de la protection des données personnelles : un droit fondamental à défendre»

Sophie VULLIET-TAVERNIER (France)
Directrice des relations avec les publics et la recherche, CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).
«Asymétrie entre économie et droit: quelles régulations?»

Ibrahim SY SAVANE (Côte d’Ivoire)
Président de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle de la Côte d’Ivoire. Ancien ministre de la communication de la Côte d’Ivoire. Président du réseau francophone du régulateur des médias.
Discutants :

Charly BERTHET, Rapporteur au Conseil National du Numérique (France).
Alain CAPO CHICHI, Président du Groupe CERCO (Côte D’Ivoire).
Richard DELMAS, Président de Semantis asbl. Ancien fonctionnaire du Conseil de l’Europe et de la Commission Européenne, ex-Chef du Bureau du Comité consultatif des gouvernements de l’ICANN, organisme en charge de la gouvernance de l’Internet au plan international (Belgique).
Jean-Paul LAFRANCE, Professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication, Université du Québec à Montréal (Canada). Chercheur, Chaire UNESCO ITEN (France).
Matthieu QUINIOU, Chercheur, Chaire UNESCO ITEN. Juriste.

Interroger et réactualiser les fondamentaux humanistes pour répondre aux enjeux du numérique est devenu une nécessité. Si l’utopie humaniste d’accès à la connaissance semble à portée de clic, les verrous structurels et juridiques sont encore nombreux. A l’inverse, le droit est amené à évoluer pour faire obstacle à des atteintes frontales à l’humanisme liées, par exemple, à la jonction du profilage et de l’expression de volonté ou encore à l’hybridation du corps humain avec l’appareillage et à l’internet des objets. Face à ces évolutions, la protection juridique des valeurs humanistes doit être active et semble difficilement conciliable avec une régulation neutre des activités économiques sur Internet.

  • Faut-il préserver les acquis juridiques de l’humanisme ou repenser les droits fondamentaux dans un nouveau contexte ?
  • Quelle est la place de la raison naturelle de l’Homme lorsque la prise de décision est assistée par ordinateur ou dépend d’un algorithme ?
© Vivian Daval
© Vivian Daval
© Vivian Daval
© Vivian Daval
© Vivian Daval
© Vivian Daval
© Vivian Daval
© Vivian Daval
© Vivian Daval